Low Cost : Les MVNO en danger face aux opérateurs historiques

Les opérateurs mobiles virtuels appelés plus communément «MVNO» ont joué un rôle important ses dernières années pour dynamiser le secteur de la téléphonie mobile low cost. Depuis l'arrivée du quatrième opérateur, de multiples forfaits pas cher ont innondé le marché et ce sont les opérateurs historiques qui commencent à gagner du terrain. Les conditions attribuées aux MVNO semblent insuffisantes pour bâtir des offres attractives selon un avis de l'autorité de la concurrence.
 

L'autorité de la concurrence a été saisie dernièrement par l'Association Alternative Mobile qui regroupe les opérateurs virtuels, afin de rendre un avis sur les conditions des différents MVNO, pour voir s'ils peuvent vraiment continuer à proposer des nouvelles offres à bas prix dites «Low Cost», et se différencier face aux opérateurs réseaux.

Entre 2008 et 2012, la part de marché des opérateurs mobiles alternatifs est passée de 5 à 13% du parc grand public notamment grâce aux forfaits sans engagement. Ce fort développement était basé sur une niche, c'est à dire que les opérateurs historiques ne proposaient pas à proprement dit d'offres low cost, mais laisser les MVNO conquérir ce territoire.

Depuis l'attribution de la 4ème licence 3G et l'accord d'itinérance Orange/FREE, Bouygues Télécom a commencé à dégainer des offres alléchantes avec sa marque Low Cost «B&You», puis c'était au tour d'Orange avec Sosh, et SFR avec Red. Free mobile est enfin arrivé sur le marché, en cassant les prix comme jamais vu dans l'histoire des télécoms, et en se positionnant sur la niche que les opérateurs historiques avaient laissé aux MVNO les années précédentes. De ce fait, ils ont du répliquer en renégociant leur contrat toujours plus, mais aujourd'hui on assiste plutôt à la loi du plus fort. Celui qui a le plus de moyens, une meilleure image, résistent face aux prix bas, les autres subissent et perdent beaucoup de clients.

Pourtant, nous sommes certains qu'il existe du potentiel pour créer des nouvelles offres, mais les opérateurs historiques ne semblent pas prêt à lâcher plus car ils sont maintenant en concurrence directe face aux MVNO et sont eux même en danger face à Free Mobile. De plus, les forfaits illimités ont considérablement changé la donne, peut on encore résister en créant des packages de minutes, sms, mms et DATA face aux forfaits illimités ? La marge de manoeuvre reste faible.

Mais la différenciation, peut elle exister aussi sur la 4G ?

L'autorité de la concurrence relève que les MVNO rencontrent certaines difficultés pour créer de nouvelles offres face aux opérateurs réseau.

D'ailleurs, la part de marché des MVNO descends depuis quelques mois, et les conditions tarifaires et techniques imposées par les opérateurs réseau,  semblent limiter leur capacité à réagir et à concurrencer les gros.

Extrait du communiqué de l'autorité de la concurrence disponible sur leur site :

«S'agissant des conditions tarifaires, l'Autorité relève que, même s'il existe un espace économique viable sur le segment des offres prépayées et les offres classiques, les MVNO ne semblent pas en mesure de reproduire, dans des conditions de rentabilité minimale, les offres low cost, en particulier celles à 19,99 euros actuellement proposées par les quatre opérateurs de réseau ;

 
Par ailleurs, certaines conditions techniques de leurs contrats ne leur permettent pas non plus, à ce jour, de répliquer les offres de services haut de gamme que leurs opérateurs hôtes sont en train de lancer en s'appuyant sur la 4G. Sont notamment en cause les débits de téléchargement et l'accès à des innovations techniques permettant notamment d'améliorer la couverture de leurs clients, telles que l'utilisation de femto-cellules, ainsi que l'accès à des services de géolocalisation.

Les MVNO éprouvent des difficultés pour être présents sur l'ensemble des segments du marché (en particulier low cost et haut de gamme). Par conséquent la crainte existe de voir marginaliser ces acteurs qui ont contribué, depuis 2004, à l'animation concurrentielle du marché.
Il est nécessaire que les engagements pris par les opérateurs devant l'ARCEP entrent en application avant même le lancement des premières offres commerciales 4G, de façon à ce que les MVNO soient sur un pied d'égalité»

«Conformément aux préconisations faites par l'Autorité de la concurrence dans son avis de 2008, la souscription volontaire d'engagements en faveur des MVNO a été intégrée à la procédure d'attribution des fréquences mise en œuvre par l'Arcep. Ainsi, certains opérateurs se sont notamment engagés à :
 
  • ne pas restreindre la liberté commerciale de leurs MVNO ;
  • à accueillir des full MVNO sur leur réseau ;
  • à faire droit à toute demande raisonnable d'accès et à pratiquer des tarifs raisonnables.
L'Autorité considère qu'aucune barrière technique ou tarifaire ne doit être artificiellement érigée par les opérateurs de réseau au risque de désavantager les MVNO dans la dynamique de la concurrence.
 
En outre, les engagements des quatre opérateurs de réseau, doivent, en toute rigueur, s'appliquer avant même le lancement des premières offres commerciales 4G. Les MVNO doivent en effet être en mesure de proposer leurs offres dans les mêmes délais que leurs hôtes, ce qui suppose qu'une offre de gros leur ait été proposée. En effet, l'absence de visibilité à long terme tout comme la lenteur des négociations commerciales brident la capacité des MVNO à innover et à explorer la demande et limitent de ce fait leur autonomie commerciale.»

Free Mobile a publié en Janvier 2012, des conditions pour accueillir des MVNO et FULL MVNO, mais aucun opérateur ne semble être intéresser. En effet, la couverture de Free Mobile était de 27% à l'époque et maintenant de 50%, et les MVNO ne peuvent pas utiliser le réseau d'Orange obtenu grâce au contrat d'itinérance 2G/3G signé par les parties. Les opérateurs virtuels ne se lanceront pas sur le réseau de Free Mobile.

En plus de la jeunesse de Free Mobile, le but de l'équipe de Xavier Niel est d'absorbé le marché grand public et une partie des professionnels dans son ensemble comme tout challenger, grâce aux prix bas, son image de marque et le succès de sa Freebox.

Le jour où les conditions données aux MVNO seront avantageuses, Free Mobile et les autres opérateurs auront lancé de meilleures offres en terme de services inclus, prix, et indifférenciables. Cette position empêcherait toute innovation, différenciation de la part des MVNO. Dans ce contexte, il est clair que les MVNO ne pourront jamais faire face aux offres agressives des 4 gros.

Puisqu'il ne faut pas oublier, qu'en tant qu'opérateur historique, on parle de «business» et que le but est de conquérir le maximum de clients, et non d'en donner aux MVNO... , Free Mobile a tout compris. Il fallait également que ce dernier se différencie sur le prix pour se faire une place en tant que 4ème opérateur, on le voit avec son forfait à 2€.

A ce jour, les forfaits auto ajustables des MVNO Zéro Forfait et Prixtel, sont les seuls qui ajoutent une différenciation face aux opérateurs historiques. Après il y a les MVNO Ethniques qui semblent moins impacter, mais qui devront faire très attention ses prochains mois car les appels vers l'international sont inclus dans les offres low cost, mais le Roaming reste cher certes. Sosh a toutefois pris de l'avance en incluant les SMS illimités depuis l'Europe vers l'Europe et DOM pour ses forfaits à 19,90€ et 24,90€.

Ce soir, l'ARCEP a d'ailleurs publié un communiqué de presse, répondant à l'autorité de la Concurrence,  disponible ici. Le gendarme des télécoms indique qu'il suit attentivement la mise en oeuvre des engagements des opérateurs et précise qu'il portera une attention particulière aux conclusions de l'autorité de la concurrence. Il pourra être amené à sanctionner un éventuel manquement ou être saisie d'un différend entre MVNO et opérateur hôte.



 

Tag(s):

.